[ CONFÉRENCE ] Enseigner la religion, la morale et la citoyenneté à l’école : pourquoi et comment ?

[ CONFÉRENCE ] Enseigner la religion, la morale et la citoyenneté à l’école : pourquoi et comment ?


Le sujet

Le Pacte Scolaire de 1958 organise l’enseignement de la religion et de la morale depuis plus d’un demi-siècle dans nos écoles.

Aujourd’hui, la société belge a profondément changé. En raison de la sécularisation, du pluralisme et de l’immigration, on est passé d’une société organisée selon un axe catholique-laïque à une société plus complexe composée de chrétiens, de musulmans, de juifs, de bouddhistes, d’athées, d’agnostiques, etc. En dépit de cette importante évolution de notre paysage convictionnel, l’enseignement des cours de religions et de morale est resté figé dans les structures du Pacte Scolaire.

Mais, en 2015, faisant suite à une plainte de parents d’élèves, un arrêt de la Cour Constitutionnelle a rendu obligatoire l’octroi d’une dispense de tout cours philosophique à ceux qui le souhaitent.

De plus, aujourd’hui, la volonté politique du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est de remplacer partiellement ces cours par un cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté. Ce cours a été introduit en 2016 dans le primaire et le sera, dans le secondaire, en septembre prochain.

Les questions

La précipitation de l’introduction du cours d’EPC crée un certain chaos et donne lieu à une multitude de nouvelles questions :

  1. Quelle place restera-t-il dans nos écoles pour l’enseignement des religions et de la morale laïque ?
  2. Introduire un cours de citoyenneté, c’est bien et certainement utile mais est-on sûr que la citoyenneté puisse être enseignée plutôt que d’être acquise par l’éducation ?
  3. Le programme de l’EPC prohibe la simple transmission de connaissances ». l’élève devra être reconnu comme un expert de sa propre situation et entendu, en tant que tel, par ses professeurs qui devront privilégier la réflexion, la prise de parole et le débat en classe autour de’ questions porteuses de sens philosophique ». Mais peut-on atteindre ces ambitieux objectifs avec des cours qui se résument à 50 minutes ?
  4. Quelle sera l’influence des convictions personnelles du professeur dans l’orientation des débats ?
  5. L’assimilation par les élèves de valeurs humanistes sera-t-elle orientée ou est-ce l’élève qui, par le débat contradictoire découvrira, progressivement, le socle des valeurs communes du vivre ensemble ?
  6. Les professeurs de religion ont la possibilité de compléter leur horaire en donnant, eux aussi, le cours d’EPC. Quelle sera alors leur attitude quand ils devront aborder des questions sensibles comme, par exemple, la fin de vie, le droit de disposer de son corps, le mariage homosexuel, etc. ?

La conférencière

Madame Caroline Sägesser est co-auteure d’un important travail intitulé Le vivre ensemble à l’école. Plaidoyer pour un cours philosophique commun paru en 2014 dans les éditions Espace de Libertés. Elle est docteure en histoire de l’ULB et a publié différentes études relatives à l’architecture institutionnelle de la Belgique et au statut des cultes et de la laïcité.

Elle a publié de nombreux articles dont, entre autres, en 2015, Enseigner la citoyenneté, en 2014 Le mur de Bruxelles qui traite de la séparation entre les Bruxellois sur la base de leur appartenance communautaire, en 2012, Mécréance d’hier et d’aujourd’hui où elle aborde la place de l’athéisme en Belgique, en 2010, La fracture du monde laïque par l’apparition dans notre société d’un Islam visible et ses effets au sein de la laïcité et bien d’autres sujets encore.

Infos

02 395 38 36 – rspielmann(@)skynet.be

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 23/02/2017
20:15 - 22:15

Emplacement
Maison Jonathas

  • Aucun évènement dans cette catégorie